Lucas Pouille, Jo-Wilfried Tsonga... ils ont déjà joué en ATP Challenger !

Chaque année, l'Open Sopra Steria accueille des joueurs confirmés. Ces derniers viennent souvent chercher sur le circuit Challenger des sensations, du plaisir et de la confiance.

ATP Challenger, pour les petits… et pour les grands !

On le sait, l’Open Sopra Steria de Lyon a pour valeur de révéler de nouveaux talents. Mais il accueille aussi des joueurs confirmés ayant un pied déjà bien installé dans le tennis professionnel.

« Je revenais de blessure, je repartais de zéro. Et, sur qui je tombe au premier tour ? Roger Federer. Il avait 18 ans seulement, mais c’était déjà une mini-star, on le considérait comme un futur numéro un mondial. » Magnéto… Retour en 1999 à l’ATP Challenger de Brest. A gauche de la chaise, Lionel Roux, ex-48ème mondial, mais redescendu à la 191ème place après une suite de pépins physiques. A droite de la chaise, Roger himself, pas encore tout à fait Federer mais pleinement teenager. Toute l’essence du circuit Challenger racontée dans cette confrontation… Car les tournois de cette catégorie, comme l’Open Sopra Steria, ne servent pas seulement de tremplin aux jeunes loups. Il sont aussi un refuge pour les joueurs confirmés en quête de sensations. A l’image de Lionel il y a 20 ans, Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille, Kei Nishikori, Julien Benneteau… ont tous parcouru un jour les courts de tournois Challengers entre deux épreuves du circuit ATP.

Après une blessure difficile…

Lorsque le niveau d’un joueur baisse et que les victoires se font lointaines, tenir la forme, autant mentale que physique, pour tenter de remonter la pente est parfois difficile. Stanislas Wawrinka est de ces joueurs de prestige, désarmé par une blessure. En 2018, au retour de sa rééducation et suite à la déception de nombreuses défaites, dont une gifle au premier tour de Roland-Garros – Grand Chelem qu’il remportait en 2015 –, le Suisse songe à l’alternative ATP Challenger.

Crédit photo : Wikipédia – Stanislas Wawrinka

Dans le registre de la blessure, on trouve aussi Pablo Andujar, ex 32ème mondial… En 2015, ses douleurs au coude droit le poussent à interrompre sa saison et il passe trois fois sous le bistouri avant de revenir sur le circuit. C’est finalement au Challenger d’Alicante 2018 qu’il remporte la victoire. La semaine suivante, c’est un deuxième titre en ATP 250 que l’Espagnol célèbre. Beaucoup d’émotions pour Pablo :

C’est clair, c’était deux beaux tournois ! Ce sont ces victoires qui te permettent de retrouver et d’accumuler de la confiance !

Pour faire le plein de confiance

Et c’est aussi tout l’intérêt des tournois ATP Challengers : ils sont l’occasion, pour des joueurs en mal de sensations, de faire le plein de confiance ou retrouver le chemin de la victoire. Lucas Pouille, 10ème mondial au courant du mois de mars 2018, demi finaliste à l’Open d’Australie 2019, a connu un sort similaire à celui de Wawrinka. Une mauvaise grippe et ce sont les défaites qui s’enchaînent… « C’est beaucoup de frustration, beaucoup d’énervement, explique-t-il dans L’Equipe à propos de sa dynamique. « Quand on sort d’une demi-finale en Grand Chelem, on a envie d’enchaîner. […] Au final je traînais un truc négatif et je n’arrivais pas à passer au-dessus. » Un « truc négatif  » qui le guide jusqu’au Challenger Primrose de Bordeaux, le 30 avril dernier. Une semaine plus tard, le sourire est revenu : le Français ressort vainqueur du tournoi. De quoi retrouver de la confiance et la satisfaction d’un titre !

Cette année, on retrouvera Pablo Andujar et Benoit Paire, tous deux des habitués du circuit ATP venus se battre à l’assaut d’un titre. Réservez vos places dès maintenant, et que le meilleur gagne !

Répondre