Ils ont marqué l'Open Sopra Steria...

Michael Llodra, Steve Darcis, Julien Benneteau, Paul-Henri Mathieu, Arnaud Clément ou encore Caroline Garcia... À leur manière, ces noms ont marqué les deux premières éditions de l'Open Sopra Steria. Explications.

Llodra, Darcis et les amis de la Coupe Davis…

Alors que se profile sa troisième édition, l’Open Sopra Steria a déjà vu passer quelques noms du tennis tricolore et international. À leur façon, chacun d’entre eux a marqué le tournoi, qu’ils aient été sur le court à batailler ou dans les travées à rencontrer les plus passionnés.

Michael Llodra, l’ambassadeur

Il est un ambassadeur à l’image du tournoi : chaleureux, disponible, passionné de vin et de gastronomie, esthète d’un tennis aérien, amoureux des clubs centenaires. Michael Llodra représente dignement l’Open Sopra Steria pour la troisième année consécutive. Les habitués de l’épreuve n’ont pas manqué de l’apercevoir en fin de semaine en train de taper la balle avec des enfants, prendre la raquette pour la bonne cause… et faire la fête au Village.

C’est d’ailleurs ce qu’il nous avait confié aimer dans cette activité de restauration, événementiel et négoce en vins dans laquelle il s’investit depuis quelques années, Dr Wine : « Le partage, la convivialité… Ce moment très sympa où tu ouvres une bouteille, où tu fais découvrir un vin à un ami ! » Mais Mika n’est pas qu’un bon vivant ; il demeure surtout la parfaite illustration du « French flair » appliqué au tennis. Un esprit bleu-blanc-rouge imprégné de Coupe Davis, laissant parler l’instinct pour ses services-volées… Monsieur l’ambassadeur !

Benneteau et Mathieu, les têtes d’affiche tricolores

En 2016, c’était Julien Benneteau ; en 2017, Paul-Henri Mathieu… Tous les deux ont animé le tournoi de leur présence, visages connus des fans et vainqueurs toute catégorie à l’applaudimètre. Il faut dire qu’ils racontent, à eux deux, 36 ans de carrière professionnelle, des finales à la pelle sur le circuit ATP, des sélections en Coupe Davis et des matchs homériques… S’ils n’ont pas réussi à remporter le titre, ils ont marqué l’événement de leur empreinte par leur tennis et leur disponibilité.

Darcis, le premier vainqueur

Impossible d’oublier celui qui restera comme le tout premier vainqueur de l’Open Sopra Steria. C’est un Belge sympathique, petit par la taille, mais grand par le talent, qui avait reçu, en 2016, le soutien de tribunes colorées de noir, de jaune et de rouge, alors que Lyon accueillait les Diables Rouges pour l’Euro de football : Steve Darcis, c’est bien lui, 38ème mondial l’année dernière, à jamais bourreau fameux de Rafael Nadal sur le gazon de Wimbledon, en 2013. Merci, Steve !

Garcia, la voisine

Élue sportive lyonnaise de l’année 2017, Caroline Garcia est une gone, une vraie, qui ne manque pas de rentrer dans son fief, entre Rhône et Saône, pour se reposer et assister aux événements sportifs de la région. L’année dernière, auréolée d’un quart-de-finale atteint à Roland-Garros, elle nous avait fait le plaisir d’une petite visite à l’Open Sopra Steria. L’occasion de rencontrer un public conquis et d’étrenner sa nouvelle popularité !

Les amis de la Coupe Davis

Lionel Roux, directeur de l’Open Sopra Steria et ancien entraîneur de l’équipe de France de Coupe Davis, ne rate jamais une occasion de rassembler ses copains de la plus historique des compétitions tennistiques : Michael Llodra, ambassadeur du tournoi, mais également Arnaud Clément et Guy Forget, avec lesquels il avait disputé un double d’exhibition sur le Central l’année dernière, afin de récolter des fonds pour l’association Jérôme Golmard. De sacrés noms !

Article écrit par Rémi Capber

Répondre