Découvrez l'affiche de l'édition 2019 de l'Open Sopra Steria !

Pour cette quatrième édition, l'Open Sopra Steria de Lyon met en valeur son identité lyonnaise et ses jeunes talents !

2019 : nouvelle affiche pour un nouveau départ !

L’Open Sopra Steria tient sa nouvelle affiche ! Une affiche qui opère une petite révolution graphique par rapport aux années précédentes… Mais qui conserve les fondamentaux du tournoi : la jeunesse et une forte identité lyonnaise.

Un lion. Du bleu. Un vainqueur de 17 ans. Et l’ocre de la terre battue. C’est toute l’identité de l’Open Sopra Steria que résume cette nouvelle affiche.

Affiche officielle 2019 de l'Open Sopra Steria de Lyon, tournoi de tennis ATP Challenger

 

Le lion…

… comme emblème de la capitale des Gaules. Une façon de rappeler à quel point ce tournoi se veut plein d’une culture lyonnaise. C’est la gastronomie, mise en valeur au village des partenaires avec les créations des Chefs Stéphane Blein et Florian Migeot, ainsi que la venue de vignerons de la vallée du Rhône pour parler crus, vins, cépages et distiller des conseils d’expert… Un tournoi qui marquait à sa création, en 2016, le retour du tennis de haut-niveau sur les terres de l’ex-Grand Prix de Tennis de Lyon. Oui, cet Open est décidément et profondément lyonnais !

Le bleu…

… car « la terre est bleue comme une orange », et puisque c’est Paul Éluard qui le dit, on peut lui faire confiance. C’est le bleu du ciel d’un été qui se dévoile peu à peu aux premières heures de juin. Un symbole de candeur, d’imagination, de vérité – et c’est toute l’ambition d’un tournoi qui voit loin, mais se veut profondément attaché à ses valeurs originelles : le partage, l’accueil, la convivialité. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’Open Sopra Steria passe en catégorie ATP 100 cette année… Une progression, afin d’évoluer sans jamais s’oublier.

Les espoirs…

… et c’est la présence de Félix Auger-Aliassime, double vainqueur du tournoi, sur cette affiche qui rappelle comme l’Open Sopra Steria se veut révélateur de talents. Mais notre jeune lauréat canadien, âgé de 16 et 17 ans lors de ses succès en 2017 et 2018, n’est pas le seul à avoir foulé les courts du Tennis Club de Lyon avant de confirmer ou de laisser entrevoir des prédispositions pour le plus haut-niveau : Munar, Garin, Jarry, Monteiro, Ymer, Kecmanovic, Ruud, Moutet, Popyrin… Tous se sont installés dans le Top 150 – et certains ont même déjà percé dans le Top 100.

La terre…

… puisqu’elle est LA surface la plus belle du tennis (chauvinisme assumé 😉 ), cette terre battue aux glissades interminables, aux matchs marathon et à la poussière ocre que les joueurs soulèvent à chaque échange. Elle est aussi ce qui fait du Tennis Club de Lyon un véritable écrin, où l’on s’offre, le temps d’une semaine, cette douce et légère impression d’avoir un peu de Roland-Garros à deux pas de nos antiques collines et d’une presqu’île alanguie entre ses deux courts d’eau. C’est en juin, il fait beau, il fait chaud – et l’on n’aime jamais autant le tennis qu’à ce moment de l’année !

Rémi Capber

Répondre