Sander Gille / Joran Vliegen : "C’est un très beau tournoi"

Ils sont les champions ! La paire Gille/Vliegen remporte la finale dans un match serré contre la paire Kretschmer/Satschko (2)6-7 7-6(2) 14-12.
vliegen gille open sopra steria lyon

Sander Gille / Joran Vliegen : « C’est un très beau tournoi »

La paire Belge Sander Gille/Joran Vliegen a triomphé sur le court Sopra Steria ! Ils remportent ainsi leur deuxième Challenger en double après Trnava l’année dernière. Au terme d’une finale acharnée avec deux tie-breaks et un super tie-break, les Belges se sont imposés 6-7(2) 7-6(2) 14-12 face à la paire allemande Kretschmer/Satschko. Ressenti des champions après cette dure finale…

Comment vous sentez-vous après cette victoire finale acquise au bout du bout ?
Joran Vliegen (JV) : C’était incroyable aujourd’hui, avec deux tie-breaks et un super tie-break. Au début, on n’a pas très bien joué. Mais, bon, les doubles sont toujours très disputés jusqu’au dernier point. Et on s’est vraiment bien débrouillés dans le super tie-break ! On est très heureux de gagner aujourd’hui

C’est une sacrée semaine que vous avez passée !
Sander Gille (SG) : Tous nos matchs se sont terminés par un super tie-break ! Mais sinon c’était vraiment une très bonne semaine ici. C’est un très beau tournoi, très bien organisé, un des meilleurs qu’on ait joué.
JV : C’est la meilleure équipe qu’on a joué ! Ils ont déjà gagné beaucoup de tournois, dont un ATP (NDLR : à l’ATP 250 de Quito en 2015). Ça se sentait sur le court qu’ils étaient très bon. Ils ont mis la pression, mais bon, à la fin on s’est accrochés !

Ça s’est joué à pas grand-chose, dans un très long super tie-break… Comment ça se passe dans la tête, à ce moment-là ?
SG : On commence à trembler de partout, le cœur bat très fort (rires) ! Mais bon, en double il y a beaucoup de super tie-breaks. Cette semaine on en avait déjà gagné deux et ça nous a aidés pour cette finale.

Ça fait longtemps que vous jouez ensemble ?
JV : Deux ans. Mais on se connaît depuis longtemps ! On a fait nos études aux Etats-Unis ensemble. On s’entraîne ensemble, on voyage ensemble… On a commencé avec des Futures, maintenant on joue des Challengers, en attendant de voir la suite.
SG : On s’entraîne à Genk, dans une académie. Les coachs sont supers, là-bas, ils sont très motivés ! Mais quand on voyage, on le fait seul.

Vous parlez de la suite… L’objectif, c’est l’étape au-dessus, les ATP 250 ?
SG : C’est encore loin (rires) ! Mais si on continue comme ça, ce sera évidemment notre objectif.
JV : Il faut qu’on gagne encore 4 ou 5 Challengers pour pouvoir prétendre aux ATP 250.

Pour conclure, si vous deviez vous présenter au public français, qu’est-ce que vous pourriez dire ?
SG : Lui est gaucher, moi droitier, donc ça aide sur le terrain ! Ça nous permet de varier notre jeu. On a tous les deux un très bon service, on gagne beaucoup de points grâce à ça. En dehors du terrain, on s’entend très bien. On habite ensemble, on est H24 ensemble… Alors il vaut mieux que ça marche bien entre nous (rires) ! On ressent sur le court notre complicité, on a une super relation en tant que paire mais également en tant qu’amis.

vliegen gille open sopra steria lyon 2

Article écrit par Hugo Verny.

 

 

Répondre