En route vers… avec l'Open Sopra Steria

Découvrez le parcours des jeunes talents qui ont participé à l'Open Sopra Steria lors de ses précédentes éditions. Aujourd'hui : Nicolas Jarry.
jarry à l'open sopra steria de lyon

En route vers les sommets : Nicolas Jarry

L’Open Sopra Steria revendique d’être de ces tournois qui permettent aux jeunes joueurs de titiller les tout meilleurs. C’est l’un des avantages de cette catégorie de tournois, les Challengers 75 000$, suffisamment attractifs pour intéresser des membres du Top 100, des vieux briscards classés aux alentours de cette élite après avoir été dans le Top 50, des garçons confirmés qui reviennent de blessure… et ces “gamins”, ces talents de 21 ans ou moins, qui rêvent de Grands Chelems et d’une place au soleil. Petit coup d’oeil à certains de ces joueurs qui ont su, depuis, montrer tout l’étendue de leur potentiel. Aujourd’hui : Nicolas Jarry.

Il n’avait pas fait beaucoup de bruit à l’occasion de son passage à Lyon. Un passage éclair, malheureusement pour cet amoureux de la terre battue, qui, dès son entrée en lice, avait été éjecté du tableau par le futur vainqueur, Félix Auger-Aliassime. Son nom ? Nicolas Jarry. Et oui, ce Chilien, alors âgé de 21 ans, était l’un des nombreux jeunes joueurs participant à l’Open Sopra Steria 2017. À cette époque, il était classé 173ème joueur mondial et venait de vivre une grande première : son tout premier match en Grand Chelem, à Roland-Garros, où il s’était extirpé des qualifications.

Jarry, héritier de Fernando Gonzalez, Nicolas Massu ou Marcelo Rios ?

Nicolas était une véritable promesse de notre tournoi lyonnais, présentant le CV type d’une potentielle pépite. Visez plutôt :

  • Une 8ème place mondiale chez les Juniors, avec des finales en double à Roland-Garros et l’Orange Bowl ;
  • Ses premiers titres professionnels à tout juste 18 ans, dans des tournois Futures 10 000 et 15 000$ ;
  • Cette année-là, en 2014, en plus de ces deux titres, il dispute cinq autres finales, dont une dans un tournoi Challenger ;
  • 18 ans, toujours, c’est l’âge auquel il bat pour la première fois un joueur du Top 100, Horacio Zeballos ;
  • Une entrée parmi les 200 meilleurs joueurs mondiaux à 19 ans, en 2015, avec un premier match gagné sur le circuit ATP ;
  • Premier match en Coupe Davis pour le Chili à 20 ans…

Un raté à l’Open Sopra Steria pour une superbe fin d’année

En 2017, avant l’Open Sopra Steria, il semblait avoir passé un petit cap dans les tournois Challengers, alors qu’il donnait l’impression de plafonner en 2016. C’était sans compter la présence de Félix au Tennis Club de Lyon, qui l’aura donc battu 6-4 4-6 6-2 au premier tour. Pas de quoi entamer la progression de Jarry qui, quelques semaines plus tard, soulève enfin son premier trophée sur le circuit Challenger, au 50 000$ de Medellin. Un trophée suivi de deux autres, toujours en 50 000$, qui lui permet d’atteindre, en novembre dernier… le 99ème rang du classement ATP.

On pouvait se demander s’il allait réussir à se maintenir à ce niveau, à l’inverse de nombreux jeunes joueurs, en délicatesse lorsqu’il s’agit de défier les vieux briscards de l’élite, gérer leurs efforts et leur calendrier, afficher une constance dans les performances.

Victoire contre un Top 20, finale dans un ATP 250… Février ravit Jarry !

Et bien oui ! 2018 lui a d’ores-et-déjà réservé de sacrées surprises. Un huitième-de-finale à l’ATP 250  de Pune, en janvier ; puis un mois de février de rêve, chez lui, en Amérique du Sud : quart-de-finale à Quito, un ATP 250 ; demi-finale à Rio, ATP 500 ; et première finale dans l’élite, à l’ATP 250 de Sao Paulo, seulement battu par Fabio Fognini. Avec quelques beaux noms accrochés à son tableau de chasse, comme Albert Ramos, alors 19ème mondial, ou Pablo Cuevas, 33ème, ex-Top 20.

Forcément une grande joie pour Lionel Roux, directeur de l’Open Sopra Steria, qui veut que son épreuve soit un révélateur pour ces joueurs de 21 ou 22 ans et moins. “En tant qu’ancien joueur, j’ai vraiment envie de filer un coup de pouce à cette jeune génération”, nous confiait-il récemment. “40% des joueurs du Top 100 sont actuellement trentenaires… Alors si on peut aider à rajeunir l’élite du tennis mondial, on ne va pas s’en priver !” Nicolas Jarry est aujourd’hui 65ème mondial. Le rajeunissement est en bonne voie !

Rémi Capber

Répondre