Bolelli, témoin d'une grande époque

À 32 ans, Simone Bolelli a joué contre les tout meilleurs joueurs du monde. Un témoignage qui vaut de l'or.
Federer Open Sopra Steria 2018

Federer, Nadal, Djokovic, Murray… Ce vétéran les connaît par cœur !

Simone Bolelli est, à 32 ans, l’un des vieux sages de l’Open Sopra Steria 2018. Témoignage de cet Italien, 36ème mondial en 2009, qui connaît sur le bout des doigts Federer, Nadal, Djokovic et Murray.

Roger Federer. Rafael Nadal. Novak Djokovic. Andy Murray. Simone Bolelli.

L’association des cinq pourrait vous surprendre. Et pourtant, le dernier de ces noms a bien un point commun avec les quatre premiers… Et oui, Simone, du haut de ses 32 ans et de sa longue expérience du circuit, est, avec Carlos Berlocq, le seul joueur du tableau final de l’Open Sopra Steria 2018 a avoir croisé le fer avec tous les membres du fameux Big Four.

Et à de multiples reprises ! L’Italien a ainsi joué trois fois contre Murray, quatre contre Djokovic, quatre contre Federer et pas moins de six contre Nadal. La dernière en date ? À Roland-Garros, il y a deux semaines : Bolelli y a défié Rafa au premier tour, s’inclinant avec les honneurs 6-4 6-3 7-6(9) au terme d’un tie-break assez phénoménal.

Il a joué six fois contre Nadal

De quoi s’attirer les louanges du numéro un mondial : « Il a si bien joué. Il prenait beaucoup de risques mais il réussissait à chaque fois. C’était un match où j’aurais dû avoir un jeu plus agressif. Mais c’était difficile de l’être, aujourd’hui, face à un joueur qui décide de frapper la balle si fort. »

Alors quoi de mieux que de s’adresser à l’Italien aux 651 matchs en simple en carrière, vainqueur en Grand Chelem en double, pour comprendre un peu ses illustres collègues ? Oui, Simone Bolelli est un témoin privilégié de son époque, de son circuit, de ces légendes, qui porte le regard d’un sage ayant surmonté de graves blessures sur les performances de ses pairs. Voici ce qu’il en disait fin 2016, pour Sportface, alors qu’il se remettait doucement d’une opération au genou :

“Federer est le plus fort de tous les temps”

« Djokovic est très accrocheur et il bouge très bien. Il ramène des balles complètement folles et il a vécu des années où il a perdu très peu de matchs. Roger (Federer), lui, est incroyable. La facilité de son tennis est désarmante. Pour moi, c’est le joueur le plus fort de tous les temps et je ne sais pas si, dans le futur, quelqu’un sera capable d’atteindre son niveau. Ce que j’aime chez Rafa, c’est qu’il n’abandonne jamais, il donne tout même dans les moments difficiles. Murray, enfin, est un combattant. Il veut gagner chaque match, il tient de longs échanges avec un tennis peut-être un peu trop défensif. Il ne vous laisse jamais avoir le dernier mot. »

Depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Murray est absent depuis de très longs mois ; Djokovic semble encore convalescent dans la tête et dans son corps. Seuls Nadal et Federer paraissent immuables. Et lui, Bolelli ? « L’important, c’est d’être en pleine forme physique. Je veux encore jouer au haut-niveau cinq à six ans de plus ! » On le lui souhaite !

Du haut de ses 651 matchs en simple, Simone Bolelli a quelques souvenirs en réserve… Le meilleur match de sa carrière ? Pour Sportface, il confiait penser qu’il s’agissait d’une rencontre face à Del Potro à Roland-Garros (en 2008, victoire 3-6 7-6 7-5 6-2) ou d’une autre face à Fernando Gonzalez à Wimbledon. Gonzalez était 14ème mondial ; Simone l’avait dominé 7-6(8) 7-6(7) 3-6 7-6(4). « Ma défaite contre Nishikori à Wimbledon 2014 m’a, elle, laissé beaucoup de regrets. J’avais joué un grand match, j’étais passé à deux points de la victoire… » Mais il s’était incliné face au 12ème mondial d’alors 3-6 6-3 4-6 7-6(4) 6-4. « En 2015, j’ai aussi battu deux Top 10, Raonic à Marseille et Berdych à Saint-Pétersbourg. J’ai eu d’immenses sensations en Coupe Davis et, en double, on a gagné l’Open d’Australie avec Fabio (Fognini). C’était incroyable ! »

Rémi Capber

Répondre