Lionel Roux : « Avec l'Open Sopra Steria, on organise une véritable fête du tennis à Lyon ! »

Rencontre avec Lionel Roux, directeur de l'Open Sopra Steria de Lyon, à l'occasion de cette 2ème édition.
Roux joueur tennis Open Sopra Steria de Lyon

L. Roux : « L’Open Sopra Steria, c’est la fête du tennis à Lyon ! »

Lionel Roux est un directeur de tournoi heureux. L’ex-entraîneur de l’équipe de France de Coupe Davis prépare, avec les équipes de l’Open Sopra Steria, une deuxième édition qui s’annonce riche en surprises. Avec au programme : un plateau toujours aussi dense et varié entre espoirs et joueurs confirmés, la valorisation des jeunes de la région et la volonté d’un réceptif idéal pour les entreprises. Rencontre avec l’un des instigateurs du retour réussi du tennis de haut-niveau à Lyon.

Lionel, tout d’abord, après une première édition de l’Open Sopra Steria réussie, je suppose qu’il a fallu très vite retourner au charbon…

Tu ne crois pas si bien dire : on a commencé à travailler sur cette édition 2017 dès le début de l’édition 2016 (rires). Mais, s’il est important d’anticiper, il faut aussi prendre le temps de se poser. C’est pourquoi, à l’issue du tournoi, on a rapidement dressé un bilan global avec toute l’équipe afin de cibler les points à améliorer, les réussites… et se fixer les prochains objectifs ! On s’est évidemment appuyé sur le feedback de chacun de nos partenaires pour avoir une vision globale de nos axes de progression.

Avec le recul, qu’est-ce que tu retiens de cette édition 2016 ?

Tellement de choses ! Mais je crois qu’une de nos grandes fiertés, ça a été d’attirer autant de monde durant toute la semaine – pas loin de 20 000 personnes. J’ai le sentiment qu’on a organisé une véritable fête du tennis, à laquelle le public, les passionnés, les partenaires se sont fait une joie de participer. Voir les gens flâner entre les courts, se presser aux entraînements, assister aux matchs, prendre plaisir à rester au club pour manger, boire un verre ou passer la soirée au village… Il y avait un parfum rappelant les grandes heures du GPTL qui flottait au Tennis Club de Lyon – c’est, en tout cas, ce qu’on a pu entendre au sujet du tournoi. Et puis, je retiens évidemment un grand nombre de rencontres formidables : avec les fans de tennis, les représentants des institutions, nos 70 partenaires, des chefs d’entreprise qui ont pu inviter leurs collaborateurs et travailler sur place…

Lionel Roux et Michael Llodra à l'Open Sopra Steria de tennis de Lyon

Lionel Roux, en compagnie de Michael Llodra, ambassadeur de la 1ère édition, et Frédéric Mouton, directeur de la division Rhône-Alpes et Auvergne Sopra Group.

Comment s’annonce 2017 pour l’Open Sopra Steria ? Les partenaires répondent à nouveau présents ?

Oui, on est en avance par rapport à l’année dernière. On a la chance d’avoir des partenaires fidèles : ils ont vu le job qui a été fait en 2016, ont apprécié l’offre qui leur était proposée, l’événement, le lieu et ont choisi de nous soutenir à nouveau. C’est une belle marque de confiance, à laquelle on accorde une immense importance et qui nous donne beaucoup d’énergie. Il ne faut pas oublier qu’on reste les pionniers dans le retour du tennis professionnel à Lyon ; c’est une chose qu’ils estiment et apprécient.

« Nos partenaires actuels et ceux qui nous rejoignent pour 2017 ont pu constater la qualité de l’Open Sopra Steria, de l’accueil, des prestations, notre souci d’un réceptif idéal… »

Parmi ces partenaires, Sopra Steria et la Ville de Lyon ont tout de suite rempilé…

Oui, très rapidement, Sopra Steria nous a confirmé son soutien pour 2017. Cela nous tenait vraiment à cœur, puisque ce sont eux qui, avec la Ville de Lyon, ont permis de lancer l’aventure. Il y a des valeurs importantes dans le tennis que les chefs d’entreprise ou les institutions savent apprécier justement : un état d’esprit, une rigueur, une détermination, la volonté d’atteindre des objectifs… Je pense que ce sont des qualités qui parlent dans le monde du travail.

Ces valeurs sont essentielles, mais, d’une façon générale, qu’est-ce qui fait que cet Open Sopra Steria est LE tournoi idéal pour un partenaire ?

L’histoire de cette première édition, la réussite, les retours très positifs de tout le monde… C’est important, parce que nos partenaires savent pourquoi et dans quoi ils s’engagent en nous soutenant. Ils peuvent constater la qualité de l’Open, de l’accueil, des prestations, ce qui n’est évidemment pas le cas pour un tournoi qui se lance, quelle qu’en soit l’échelle. Depuis la disparition du GPTL, les gens sont en attente d’un réceptif. C’est d’ailleurs pour ça qu’on insiste beaucoup sur la gastronomie, qu’on fait venir des vignerons… Il y a le terrain, mais il y a aussi tout le reste, une histoire racontée autour d’une belle assiette, un décor élégant et champêtre, dans un cadre de haut standing au Tennis Club de Lyon. Pour nos partenaires, c’est essentiel d’avoir l’assurance d’un tel environnement pour inviter ses équipes, ses collaborateurs, faire du réseau, travailler…

Comment fait-on pour se renouveler, lorsqu’on attaque une deuxième édition ? Quels sont les objectifs ?

Des idées, on en a beaucoup ! On a construit une équipe solide autour de la communication, parce qu’il fallait qu’on se renouvelle. On va essayer d’amener encore plus de matière pendant le tournoi, améliorer toujours plus le village, on va refaire le court central, travailler l’ambiance, des soirées à thème… Mon petit côté lyonnais m’incite aussi à valoriser le tennis de la région : il y a deux jeunes joueurs du coin, Giovanni et Joshua (NDLR : Giovanni Mpetshi-Perricard et Joshua Dous-Karpenschif, 13 ans, respectivement 3/6 et 4/6), de la génération 2003, qui sont champion et vice-champion de France. On veut les faire découvrir au public et montrer qu’en France et à Lyon, on a des jeunes qui poussent. C’est aussi à ça que servent les Challengers : révéler les jeunes générations et leur permettre de se confronter aux moins jeunes.

« L’Open Sopra Steria, c’est un tournoi qui offre une immersion totale dans le tennis de haut-niveau ; vous côtoyez les joueurs, vous pouvez taper la balle à côté des pros qui s’entraînent… »

Sur le plan sportif, comment avancent les choses ? Tu as des contacts, déjà, avec certains joueurs ?

On a des contacts, oui. C’est difficile d’en parler maintenant, il est encore trop tôt, mais on vise de belles surprises avec des jeunes extrêmement prometteurs et des garçons expérimentés, dont des têtes françaises connues et appréciées. L’idée, c’est vraiment de trouver un équilibre entre très, très grands espoirs et joueurs confirmés.

Un petit mot sur le lieu, le Tennis Club de Lyon, un club qui respire le tennis…

Pour moi, c’était l’endroit évident. Il y a un ancrage historique très fort dans ce club, un ADN tennis séculaire, puisque le TCL existe depuis 1864, qu’il a vu naître Henri Cochet… Je pense qu’on ne peut pas plus respecter le club et le tennis de haut-niveau qu’en organisant l’Open Sopra Steria sur ses terres battues. Et puis, l’atmosphère y est idéale : il y a de la convivialité, de l’élégance et des gens qui soutiennent à fond le projet. C’est important d’avoir le bureau derrière nous, de sentir que tout le monde est content et trouve du positif dans ce tournoi.

Sopra Steria et les courts en terre battue du TCL pour l'Open de Lyon

C’est sur les courts en terre battue du Tennis Club de Lyon que l’Open Sopra Steria aura lieu du 12 au 18 juin 2017.

Ça semble être le cas…

J’ai une anecdote à ce sujet… Un mois après le tournoi, l’année dernière, j’ai fait un match de double au TCL. L’un des plus anciens membres du club est venu me parler de lui-même : « Je n’ai pas pu venir pendant l’Open, mais je n’ai entendu que des compliments à son sujet. C’est une très grande réussite et je tenais à vous féliciter franchement parce que ça n’était jamais arrivé ici. » Entendre ce genre de choses, ça donne envie de tout donner pour que la deuxième édition soit encore meilleure ! On veut vraiment faire en sorte que les gens soient heureux et que le tournoi participe au rayonnement du club.

Si tu avais trois mots pour résumer cet Open Sopra Steria de Lyon ?

Il en faut beaucoup plus (rires) ! Proximité, réceptif, convivial, familial… Il y a des vibrations très positives autour de ce tournoi, un très beau feeling, tous les retours qu’on a eus vont dans ce sens. Et puis, pour un fan de tennis, c’est quand même formidable : c’est un Open qui vous offre une immersion totale dans le tennis de haut-niveau ; vous côtoyez et croisez les joueurs, vous pouvez taper la balle à côté des pros qui s’entraînent… C’est génial !

Article écrit par Rémi Capber

Répondre