Verdasco : "Il n'y a que des matchs difficiles… mais celui-ci l’était particulièrement"

Fernando Verdasco s’en sort face à Sumit Nagal, demi-finaliste sortant de l'Open Sopra Steria.
Fernando Verdasco à l'Open Sopra Steria de Lyon

Verdasco : “Il n’y a que des matchs difficiles… mais celui-ci l’était particulièrement !”

Pour son entrée en lice, Fernando Verdasco s’est imposé dans la douleur, en 3h13, face à Sumit Nagal, 6-7(5) 7-6(3) 7-5. Une victoire à l’expérience !

C’était un match long… Comment l’as-tu vécu ?

Je pense qu’aujourd’hui, j’ai joué de très bons jeux, comme de très mauvais. J’ai affronté un joueur très solide en fond de court, qui s’est rarement raté dans les moments clefs. Il m’a vraiment poussé dans mes retranchements et c’est plus compliqué de s’en sortir quand on n’est pas en confiance. C’était un match vraiment compliqué mentalement et physiquement. Je dois maintenant récupérer.

Tu as semblé parfois en difficulté…

Que ce soit dans les tournois ATP ou dans les Challengers, il n’y a que des matchs difficiles… mais celui-ci l’était particulièrement. J’ai été opéré au genou, je reviens depuis peu et je pense que c’est mon premier match en trois sets depuis peut-être huit mois. Je ne savais pas comment mon corps allait réagir dans le dernier set. On est allé deux fois au tie-break, j’ai testé mes limites et j’ai vraiment tout donné sur le court aujourd’hui. Je manque de matchs et de sensations, forcément la confiance n’est pas à son maximum. La victoire est très importante, j’ai du mal à finir en ce moment, ça fait du bien.

Ça faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu en Challenger !

Entre mon forfait pour l’US Open, ma défaite à Roland-Garros et mon opération, je n’ai pu jouer que quatre matchs en 2020. J’ai perdu beaucoup de places au classement ATP au cours de l’année qui s’est écoulée, je dois donc jouer des tournois pour gagner des points si je veux rester dans le Top 100. Ce ne sont pas des tournois que j’ai l’habitude de jouer et en venant ici j’espère retrouver un bon niveau de jeu, une routine.

Tu as des objectifs en tant que tête de série numéro deux ?

Je dois maintenir mon corps en forme et travailler parce que je n’ai plus le même physique qu’il y a quinze ans. Je sais qu’ici, cela va être compliqué, parce que beaucoup de joueurs arrivent de Roland-Garros avec un gros niveau . Je dois juste être prêt si je veux atteindre mes objectifs, c’est à dire être meilleur chaque jour pour retrouver mon niveau d’il y a un ou deux ans.

Entretien réalisé par Benjamin Vermersch

Répondre