Pour une cinquième année de souvenirs…

L’Open Sopra Steria de Lyon va fêter, en 2020, son cinquième anniversaire. Cinq éditions riches en émotions. Souvenirs...
Auger-Aliassime Open Sopra Steria

Open Sopra Steria : bientôt 5 éditions à Lyon… et 5 fois plus de souvenirs ! (1/2)

5. Un chiffre symbolique. Et qui laisse supposer une histoire déjà riche ! Et oui : qui dit cinquième édition de l’Open Sopra Steria de Lyon en 2020, dit aussi quatre éditions précédentes pleines de belles choses et de grandes émotions. Magnéto en deux parties !

2016 : avec l’Open Sopra Steria, le grand retour du tennis de haut-niveau à Lyon

C’est qu’il nous manquait, le Grand Prix de Tennis de Lyon ! Disparu en 2009, il avait laissé toute l’agglomération orpheline d’événements tennistiques, masculins et de haut-niveau. Certes, il y avait eu la demi-finale de Coupe Davis France-Argentine en 2010, un grand moment d’émotion pour tous les amoureux de la petite balle jaune. Certes, il y avait un tournoi féminin créé en 2009 et ayant lieu alors au Tennis Club de Lyon. Mais il ne s’agissait “que” d’un ITF 10 000$, une épreuve intéressante située tout en bas de la pyramide du tennis professionnel.

Lionel Roux : « Réamorcer le tennis à Lyon »

Alors, dès l’année 2015, quand Lionel Roux a eu l’occasion de se lancer dans l’organisation d’un ATP Challenger entre Rhône et Saône, il n’a pas hésité. En compagnie de Benoît Dupré, ils ont planché durant un an pour concrétiser ce tournoi. Mission accomplie le 6 juin 2016, avec les premières balles échangées sur le court Central installé au Tennis Club de Lyon ! “L’idée est de réamorcer le tennis à Lyon et de grandir”, confirmait alors Lionel dans les colonnes du Figaro. L’ATP, évoquant le tournoi, affirme même qu’”avec l’Open Sopra Steria”, “la métropole française de Lyon inaugurait une nouvelle ère pour le tennis professionnel”.

Crédit @Adifferentstory

Une ambiance d’Euro et de Coupe Davis à l’Open Sopra Steria !

Souvenez-vous… Ce mois de juin 2016 voyait la France organiser l’Euro de football en parallèle. Des matchs diffusés au Village des partenaires, des tribunes ensoleillées pleines de passionnées… et de supporters, entre deux matchs au Groupama Stadium. Avec, en point d’orgue, une ambiance de Coupe Davis en tribunes pour la finale opposant Steve Darcis à Thiago Monteiro. Et un vainqueur de beau standing en la personne du Belge ! « Cette première édition m’a laissé des souvenirs impérissables », nous confiait encore Lionel l’année dernière. « J’avais vraiment les poils, les papillons dans le ventre le jour de la finale. Quand on a vu les tribunes pleines avec Benoît, on s’est regardés et on s’est dit… on y est ! »

2017 : le début d’une belle histoire d’amour…

S’il est un nom que l’on retient de l’Open Sopra Steria 2017, c’est le sien… Ce patronyme à rallonge, aux origines mêlées, pas facile à mémoriser, et ce prénom de chat, figurant un style de jeu bondissant et félin : Félix Auger-Aliassime. Car, dès la deuxième édition du tournoi, Lionel Roux fait de l’éclosion de jeunes talents de demain son cheval de bataille. Il le dit : « Je veux que notre tournoi donne un coup de pouce à toutes ces carrières naissantes, qu’il soit un tremplin pour des jeunes joueurs cherchant à s’aguerrir en affrontant des vieux briscards du circuit. » Avec un véritable credo : « Faire découvrir au public lyonnais les joueurs qui seront, demain, au sommet du classement ATP. »

Crédit @Adifferentstory

Un jeune de 16 et demi vainqueur du tournoi… et futur Top 20 !

2017, année de ses premiers paris… gagnants. Le premier ? Félix, donc, un jeune Canadien alors âgé de 16 et demi, classé 511ème mondial en mars. Notre directeur se bat pour le faire venir, lui offre une wildcard… Trimballant déjà son sourire et sa discrétion polie avec lui, FAA vient s’entraîner et s’acclimater une semaine avant le début du tournoi au Tennis Club de Lyon. Résultat ? Deux dimanches plus tard, il soulève le trophée après cinq victoires exemplaires, devenant l’un des plus jeunes joueurs de l’histoire à remporter un tournoi de ce niveau. Aujourd’hui, Auger-Aliassime est 20ème mondial à 19 ans et a déjà disputé cinq finales sur le circuit ATP.

Des pépites en pagaille et PHM, Granollers ou Zeballos

Faire le pari de Félix, c’est une chose – et, à cet âge-là, malgré les performances en Juniors, il est toujours difficile de prédire une grande carrière. Mais la deuxième édition mettait aussi à l’honneur un jeune Français, Corentin Moutet, deux Suédois, Elias et Mikael Ymer, deux Chiliens, Christian Garin et Nicolas Jarry, Casper Ruud, un Norvégien… Le tout, emmené par les expérimentés Paul-Henri Mathieu, Marcel Granollers et Horacio Zeballos, huitième-de-finaliste à Roland-Garros face à Dominic Thiem la semaine d’avant. Et bien trois ans plus tard, Garin, 23 ans, est 18ème mondial, Ruud, 21 ans, est 36ème, et les autres dans le Top 100. Autant dire que la canicule qui a frappé cette semaine de juin 2017 n’a pas fait tourner les têtes bien faites de ces beaux et prometteurs talents !

2018 et 2019 au prochain épisode !

Répondre