En attendant 2021...

Continuons notre plongée dans les souvenirs déjà nombreux de l'Open Sopra Steria. 2018, 2019... De belles éditions, en attendant 2021 !
Corentin Moutet, dans les pas de Félix Auger-Aliassime ?

Open Sopra Steria : 5 éditions à Lyon en 2021… et 5 fois plus de souvenirs ! (2/2)

5. Un chiffre symbolique à venir. Et qui laisse supposer une histoire déjà riche ! Et oui : alors que nous aurions dû voir se dérouler cette cinquième édition de l’Open Sopra Steria de Lyon cette semaine, nous avons toujours quatre éditions derrière nous, pleines de belles choses et de grandes émotions. Magnéto en deux parties !

2018 : le formidable come-back gagnant de Félix Auger-Aliassime !

« Le petit prince à nouveau couronné ! » C’est ainsi que nous avions célébré le deuxième titre de Félix Auger-Aliassime à l’Open Sopra Steria. Un titre évocateur… Non que le Canadien, du haut de son mètre 93, soit petit par la taille, mais son jeune âge, 18 ans, et son adoubement fin 2017 par le roi Roger en personne, qui l’avait invité à venir s’entraîner avec lui à Dubaï durant l’intersaison, lui offrent tous les attributs d’un futur dauphin du circuit. Cette semaine de juin 2018 semble le confirmer… Félix, serein, professionnel, heureux de revenir sur la terre de ses premiers exploits, malmène la concurrence. 170ème mondial au début du tournoi, il écarte aisément Corentin Moutet, Antoine Hoang, Alexandre Müller et Miomir Kecmanovic sans lâcher un seul set. En finale, rattrapé par l’enjeu, il revient du diable Vauvert pour battre Johan Tatlot 6-7(3) 7-5 6-2. 18 ans, double vainqueur d’un tournoi qui a vu passer des vétérans comme Julien Benneteau, Paul-Henri Mathieu, Marcel Granollers, Pablo Andujar ou Steve Darcis… Pas mal pour un rookie ! Avec ce titre, son troisième en ATP Challenger, Félix égale Juan Martin Del Potro et Novak Djokovic au même âge, seuls derrière Richard Gasquet.

L’année des pépites !

2018, c’est d’ailleurs l’année des pépites ! L’Open Sopra Steria se mue en véritable mine d’or pour qui souhaite découvrir les visages de demain, qui feront la Une des médias et batailleront pour une place dans le Top 10. Kecmanovic, Popyrin, Ymer, Garin… Mais aussi Moutet, Halys ou Benchetrit côté Français. A peine huit mois plus tard, l’on constate que quatre des cinq meilleurs joueurs du monde âgés de moins de 20 ans avaient disputé cette troisième édition. Et lorsqu’on fait le point sur leurs situations respectives aujourd’hui, on ne peut que reconnaître un flair certain à Lionel Roux, directeur du tournoi : Garin est 18ème mondial, Félix 20ème, Casper Ruud, l’un des talents révélés en 2017, 36ème, Kecmanovic 47ème, Mikael Ymer 68ème, Moutet 75ème, Nicolas Jarry 89ème après avoir été 38ème… « Je ne cherche pas seulement des jeunes joueurs prometteurs sur le plan tennistique, je cherche aussi des hommes », expliquait Lionel à l’époque. Une superbe édition, bercée par l’actualité footballistique et les premiers pas, certes hésitants, d’une équipe de France bientôt championne du monde !

2019 : Moutet, après la pluie… le beau temps !

Il fallait une relève à Félix, désormais 21ème mondial, mais qui avait pris le temps quelques semaines plus tôt de nous accorder un entretien fleuve formidable qu’on ne peut que vous recommander de lire et de garder précieusement. Un superbe moment sur la terrasse du Tennis Club de Lyon qui présageait d’une très belle édition… Comme un symbole, c’est Corentin Moutet qui succède au Canadien. L’un des plus grands espoirs français du moment, doté d’une patte gauche exceptionnelle, qui sortait d’un troisième tour à Roland-Garros à tout juste 20 ans. Sa réaction, à la sortie du court, dit tout du possible champion qu’il aspire à devenir :

On perd, on gagne, mais ce n’est pas ça le plus important, c’est d’avoir le travail constant en cas de défaite, en cas de victoire. Ne pas s’emballer, ne pas s’enflammer quand on gagne ; et, quand on perd, se remotiver pour continuer à travailler. C’est cette constance et cette neutralité face à la défaite et la victoire qu’il faut garder. Je vais essayer de ne pas me laisser influencer par mes résultats et plutôt me concentrer sur ce que je fournis tous les jours… Et on verra bien où cela va m’amener en fin d’année !

Le trophée remis à Corentin Moutet par Frédéric Mouton, directeur de Sopra Steria Auvergne-Rhône-Alpes

Le trophée remis à Corentin Moutet par Frédéric Mouton, directeur de Sopra Steria Auvergne-Rhône-Alpes

Benoît Paire en guest-star pour un mercredi mémorable

2019, c’est aussi l’histoire d’une pluie qui s’abat sans relâche, contraignant à délocaliser l’épreuve sur les courts intérieurs de la Ligue du Lyonnais, afin que les matchs puissent tout de même se dérouler dans de bonnes conditions. La mobilisation d’une équipe qui travaille jour et nuit pour compenser autant que faire se peut ces difficiles aléas météorologiques. Et, comme après la pluie, il y a toujours du beau temps, c’est un mercredi ensoleillé qui voit débarquer Benoît Paire, fraîchement huitième-de-finaliste à Roland-Garros, forfait de dernière minute, offrant un kids day mémorable ! Une finale accrochée, en trois sets, sous un soleil radieux, un beau vainqueur, qui laisse augurer un avenir de très haut-niveau à l’Open Sopra Steria, monté en gamme et désormais ATP Challenger 100…

Cet avenir, cela devait être 2020, comme beaucoup d’autres tournois… Ce sera 2021 pour cette cinquième, la plus belle des éditions !

Répondre